Actualité Institutionnelle

Le FIRCA, porte d’entrée du financement vert en Côte d’Ivoire

L’accès est limité mais il faut persévérer

N’Diaye Oumar, Directeur Exécutif Adjoint du FIRCA

Le Directeur Exécutif Adjoint (DEA) du Fonds Interprofessionnel de la Recherche et du Conseil Agricoles (FIRCA), M. N’Diaye Oumar, a participé ce mardi 10 mai 2022, à un panel du Business Forum de la Conférence des Parties, dans le cadre de la Convention des Nations Unies sur la lutte contre la désertification (COP 15), au Sofitel Hôtel Ivoire d’Abidjan. Il était accompagné de la Directrice du département Cultures d’Exportation et Productions Forestières, Mme Traoré Assita, et du Chef de Service Genre et Environnement, M. Kouadio Fidèle.

« Quels accompagnements des PME (Petites et Moyennes Entreprises), des ETI (Entreprises de Taille Intermédiaire) et de l’écosystème pour la mobilisation des fonds verts ? », tel est le thème du panel qui a réuni ce dirigeant du FIRCA et d’autres personnalités, dont les responsables de l’Agence Côte d’Ivoire PME, de la Bank Of Africa (BOA-CI) et du Ministère des Eaux et Forêts.

Sans faux-fuyants et de façon claire, le DEA a expliqué la stratégie du FIRCA dans la lutte contre la désertification et la protection de l’environnement.

La première décision actée par le FIRCA, dans la mise en œuvre de cette stratégie est la création d’un service dédié à cette thématique. En effet, le Service Genre et Environnement est conduit par M. Kouadio Fidèle, depuis sa création en 2016. A en croire M. N’Diaye, ce sont environ 100 millions de FCFA qui sont mobilisés chaque année pour ce service, dans la prise en compte des questions d’environnementales. Ces ressources, explique le DEA du FIRCA, émanent des filières. « Nous n’avons pas attendu des ressources de l’extérieur avant de commencer à travailler. Nous financions déjà de nombreux projets verts avec les ressources des filières.  Car nous avons compris très tôt que les questions d’inclusion et de sauvegarde étaient une priorité. Nous avons donc créé un service dédié et financé énormément de projets sur ces thématiques. », a-t-il révélé, avant d’ajouter : « Le FIRCA n’a donc pas attendu le fonds d’adaptation avant de s’intéresser aux thématiques vertes. ».

En guise d’exemples, le FIRCA a financé les projets de foyers améliorés, recyclage de déchets améliorés, production de bio compost, traitement des cultures avec du biopesticide… Cette institution que dirige M. Atsin Yao Léon, déjà accréditée par le      Fonds d’adaptation aux changements climatiques (FA), est en cours d’accréditation par le Fonds Vert pour le Climat. Au cours de son intervention, le Directeur Exécutif Adjoint, N’Diaye Oumar est revenu sur le chemin parcouru par le FIRCA qui est aujourd’hui éligible au Fonds Vert.

« Il nous a fallu huit mois pour réunir l’ensemble de la documentation pour être accrédité au Fonds d’Adaptation. Après ces huit mois, il nous a fallu quatorze autres mois pour l’analyse des dossiers depuis New York. Aujourd’hui, notre Institution est accréditée pour gérer les fonds verts aux côtés du ministère de l’Environnement. Les structures peuvent donc s’adresser directement au FIRCA pour soumettre leurs projets en vue de l’obtention d’un financement. Déjà un projet de 4 millions de dollars a été enclenché après un appel à projet. », a fait savoir M. N’Diaye, qui a profité de la tribune pour encourager toutes les structures en quête de financement vert.

« Vous ne trouverez plus aucun guichet qui ne soit pas compétitif. L’accès est certes limité mais il faut persévérer, car il y a beaucoup de choses à saisir dans ce milieu », a-t-il insisté.

Pour rappel, le FIRCA est une structure du système national officiel de développement de l’agriculture, qui fédère l’ensemble des filières agricoles de Côte d’Ivoire, soit plus de 25 filières actuellement. Elle se veut innovante et inclusive dans sa démarche, tout en étant écologiquement engagée dans son action.

X