Actualité Institutionnelle

Lancement du Projet de Promotion de la Compétitivité de la Chaîne de valeur de l’Anacarde

Le Ministre du Commerce, de l’Industrie et de la promotion des PME, au nom du Premier Ministre, a procédé au lancement officiel du Projet de Promotion de la Compétitivité de la chaîne de valeur de l’Anacarde (PPCA), financé à hauteur de 107 milliards de FCFA à travers un prêt au Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA) par la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) du groupe de la Banque Mondiale. Cette importante cérémonie introduite par le Directeur de Cabinet du Premier Ministre, s’est déroulée à l’auditorium de la Primature, en présence du Directeur des opérations de la Banque Mondiale, de certains membres du Gouvernement, des acteurs de la chaîne de valeur de l’anacarde, du corps préfectoral, des Directeurs Régionaux du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER) et des dirigeants des structures d’exécution du projet, notamment le FIRCA, représenté par son Directeur Exécutif, qui est l’agence fiduciaire et le Maître d’Ouvrage Délégué pour les sous composantes recherche et vulgarisation agricoles.

L’anacarde concentre un tel potentiel d’opportunité d’emplois et de richesses inclusives, que le gouvernement l’a identifié comme l’un des leviers de la transformation structurelle de l’économie. Mais pour que l’anacarde impulse véritablement la croissance économique souhaitée, il faut accroître sa valeur ajoutée. C’est en réponse à cette problématique que l’État de Côte d’Ivoire avec son partenaire la Banque Mondiale, ont initié le Projet de Promotion de la Compétitivité de la chaîne de valeur de l’Anacarde (PPCA) à travers l’accord de prêt N° 884540 CI, signé le 21 avril 2018 à Washington aux États-Unis et mise en vigueur le 20 août 2018.

Pour une meilleure implication et une appropriation du projet par les acteurs de la Filière Anacarde et les bénéficiaires, un atelier s’est tenu le jeudi 24 janvier 2019 à l’auditorium de la Primature. Cet atelier avait pour objectif principal de présenter les enjeux et les stratégies du projet à tous les acteurs de la chaîne des valeurs de l’anacarde.

Le Ministre ivoirien du Commerce, de l’Industrie et de la Promotion des PME, M. Souleymane DIARRASSOUBA, représentant le Premier ministre, s’est réjoui de ce prêt accordé par la Banque Mondiale à travers les fonds « Enclave » de la BIRD. Il a précisé qu’avec le PPCA, la transformation locale des noix de cajou permettra la création d’emplois potentiels estimés à 440000 dont au moins 60% de femmes.

Le Directeur des Opérations de la Banque Mondiale, M. Pierre LAPORTE a indiqué dans son intervention que c’est la première fois que le financement BIRD-Enclave est utilisé dans le secteur agricole en Côte d’Ivoire. Il a souligné que le projet s’attaque à la problématique de la compétitivité et de la création d’emplois dans le secteur agricole.

M. Pierre LAPORTE a indiqué également que la Filière Cacao bénéficiera très bientôt d’un financement similaire d’un montant de plus de 300 millions de dollars afin d’impulser la transformation du cacao ivoirien.

Avant la cérémonie de lancement proprement dite du PPCA, l’atelier a débuté par des travaux en plénière, à travers des exposés suivis d’échanges.

La modération des échanges a été assurée par Dr ACKAH Angniman Pierre, Conseiller Spécial du Premier Ministre, accompagné des responsables des structures impliquées ou des experts du PPCA.

Les travaux ont débuté par la présentation du PPCA par Dr Adama COULIBALY, Directeur Général du Conseil du Coton et de l’Anacarde (CCA), et Coordonnateur du projet.

Après cet exposé, les participants ont échangé sur le Mécanisme de Dépôt de Garantie au profit des transformateurs et des Subventions à Coûts Partagés du PPCA, présenté par le Spécialiste des Infrastructures Rurales de l’Unité de Coordination et de Planification UCP-PPCA.

Mme KRA Yvonne, Chef de l’Unité Marchés et Conventions du FIRCA, a présenté le volet Passation des Marchés de la gestion fiduciaire du PPCA.

Les politiques, instruments et mesures de sauvegardes environnementale et sociale ont été présentés par les deux experts en charges de ces aspects à l’UCP-PPCA.

Les travaux en plénière ont pris fin avec la présentation des procédures de gestion financière et comptable, faite par M. HOURA Kouassi Marc, Directeur Administratif, Financier et Comptable du FIRCA.

Le PPCA vise à accroître la productivité, la qualité et la valeur ajoutée de l’anacarde, au profit des petits exploitants agricoles et les PME/PMI, mais aussi développer l’industrie de la transformation du cajou en Côte d’Ivoire. Il est structuré autour de trois composantes techniques, à savoir (i) Renforcement institutionnel et gouvernance de la chaîne de valeur, (ii) Amélioration de la productivité et de l’accès au marché des noix brutes de cajou, (iii) Appui à l’investissement privé dans l’infrastructure post-récolte et de transformation et d’une composante « Coordination, suivi et gestion des connaissances du projet ».

Ainsi, dans le cadre du développement des infrastructures de transformation, il est prévu la création et l’exploitation de 4 zones agro industrielles à Bondoukou, Bouaké, Korhogo et Séguéla, qui vont permettre la transformation d’au moins 200 000 tonnes de noix de cajou par an, en plus de la capacité actuelle et créer 16 000 emplois directs.

Le PPCA sera mis en œuvre sur une période de 5 ans (d’août 2018 à juillet 2023), avec pour objectif de transformer, à l’horizon 2020, 50 % de la noix de cajou produite en Côte d’Ivoire, premier pays producteur mondial avec plus de 700 000 tonnes de noix brutes de cajou en 2017.

Concernant le financement dudit projet, la Banque Mondiale participera, via la Banque Internationale pour la Reconstruction et le Développement (BIRD) à hauteur 107 milliards de FCFA, le secteur privé pour 20 milliards et l’Etat de Côte d’Ivoire avec 14 milliards de francs CFA, soit un financement total de 141 milliards de FCFA.

X