Projet d’Appui à la Relance des Filières Agricoles de Côte d’Ivoire

Programmes conventionnés

Bailleurs

Agence Française de Développement (AFD)

Montant

6 272 852 326 F CFA

Durée

5 ans (08 octobre 2014-08 octobre 2019)

Personne contact au FIRCA

M. ATSIN YAO LEON

Directeur Exécutif

Objectifs

L’objectif général de cette composante du C2D-PARFACI est d’apporter un appui à 4 filières vivrières dont deux filières végétales (maïs/soja et légumes) et deux filières animales (piscicole et porcine) dans les différents aspects de la chaîne des valeurs : production, commercialisation, qualité-coût et système d’information sur les prix ;

L’objectif de développement projet est de contribuer à la lutte contre la pauvreté et de stimuler la croissance économique des zones de productions. L’objectif de développement envisagé est d’améliorer durablement la sécurité alimentaire et le revenu des ménages.

Cibles

Sous composante Production végétale : les acteurs des filières légumes-soja (producteurs de masse et semenciers) et les acteurs de la filière maïs (producteurs)

Sous composante Production animale : l’INTERPORCI et ANAQUACI

Résultats attendus

Volet cultures maraîchères

 

  • Des semences adaptées pour les légumes traditionnels et européens sont produites ;
  • Des bas- fonds (périmètres maraîchers) pour produire des légumes de qualité sont aménagés et équipés ;
  • Des emplois dans les bas-fonds (périmètres maraîchers), sont créés en particulier pour les jeunes et pour les femmes ;
  • Des activités innovantes et des solutions pour lever les contraintes à la production, à la commercialisation et à l’organisation des producteurs sont proposés ;
  • Le projet contribue à l’émergence d’une interprofession pour les productions maraichères.

 

Volet filières maïs et soja

 

  • Des semences de qualité sont mises à la disposition des agriculteurs ;
  • Les bonnes pratiques agricoles sont diffusées ;
  • Des activités innovantes et des solutions pour lever les contraintes à la production, à la commercialisation et à l’organisation des producteurs sont proposées ;
  • Le projet contribue à l’émergence d’une interprofession pour le soja et renforcer celle existant du maïs.

 

Volet filière porcine

  • Les bonnes pratiques d’élevage sont maitrisées par les éleveurs ;
  • Les Groupes de Défenses Sanitaires (GDS) sont fonctionnels ;
  • Les acteurs de la filière ont accès au financement ;
  • Les capacités techniques des OPE et de l’INTERPORCI sont renforcées ;
  • Les points de ventes des produits porcins sont réhabilités (selon les normes sanitaires), équipés et fonctionnels ;
  • De nouveaux point de ventes sont installés et sont fonctionnels ;
  • Des actions de promotion des produits porcins sont organisées.

 

Volet filière piscicole

  • La production et la disponibilité d’alevins de qualité sont améliorées ;
  • L’émergence de nouveaux foyers piscicoles est assurée ;
  • Des systèmes intégrés de riz – pisciculture sont mis en place ;
  • Des systèmes de distribution d’aliments sont améliorées ;
  • Des formules alimentaires performantes sont disponibles dans les zones agroécologiques ;
  • Le renforcement des capacités des acteurs est assuré.

Principaux résultats

  • VOLET ANIMAL

Volet porciculture

  • la construction de 7 points de vente de la viande porcine à Bouaké, Yamoussoukro, Bouaflé, Man, Abengourou, Abobo et Daloa, qui ont commercialisé 1469 porcs,
  • la redynamisation de 13 groupements de défense sanitaire (GDS),
  • la mise en place et l’opérationnalisation d’une cellule de suivi technico-économique des élevages porcins
  • la construction de 8 unités pilotes pour la fabrication de biogaz sur les fermes porcines à Bassam, Anyama, Azaguié-Ahoua, Bouaké, Bouaflé, Man, Tiassalé et Azaguié-M’bromé,
  • l’élaboration du Guide des Bonnes Pratiques de production en élevage de porcs, qui a été édité et distribué en 3880 exemplaires

 

Volet piscicole

  • la mise à la disposition des producteurs de 5 046 494 alevins mâles,
  • la réalisation des essais de rizipisciculture sur les techniques de l’alternance riz – poissons et association riz – poissons en étang piscicole et en casier rizicole,
  • l’appui à l’installation de 203 nouveaux pisciculteurs et le suivi de 817 pisciculteurs avec une production de 1540 tonnes de poissons,
  • la formation de 2165 acteurs piscicoles, 151 vendeuses de viande porcine, 401 éleveurs de porcs, 150 responsables des organisations de base du secteur aquacole et 98 responsables d’organisations de base de la Filière Porcine,
  • l’élaboration de 12 formules alimentaires piscicoles (à raison de 4 formules alimentaires par espèce (tilapia, silure et mâchoiron), par stade de croissance et par zone agro-écologique

 

  • VOLET VEGETAL

 

RESULTATS SAILLANTS

 

  1. Maïs

Pendant la campagne 2014-2015, sur 2592 ha prévus pour la production de masse de maïs, 2201, 25 ha ont été mis en place (soit un taux de réalisation de 85 %). La production s’élève à 3454,92 T.

 

  1. Soja

 

Production de semences

  • En 2015 : 8134 Kg de semences de soja ont été produits par les multiplicateurs semenciers.
  • En 2018 : 5 400 kg de semences produits ont été mises à la disposition des producteurs de masse

 

Production de masse

  • Au cours de la campagne de 2015, 24 ha ont été mis en place pour la production de soja dans la région du Gbêkê. La production obtenue s’élève à 8287 Kg.
  • Edition et diffusion de 1000 exemplaires de guides de production du soja

 

  1. Maraîcher

 

Production de semences

  • En 2015 : 1202 Kg de semences de légumes produits (tomate, piment, gombo et aubergine)
  • En 2018 : 1500 kg de semences de tomate, piment, gombo et aubergines ont été produits et stockés dans la chambre froide du CNRA Bouaké
  • Mise en place d’un réseau de 24 groupements producteurs de semences de légumes
  • 1000 exemplaires de fiches techniques sur la tomate, gombo, piment, aubergine et soja produits et diffusés

 

Production de masse

  • Aménagement de 40 périmètres maraîcher pour la production de légumes
  • Saison pluvieuse 2017 (Juin-Décembre) : 294,24 T de légumes produits sur 37 périmètres maraîchers aménagés
  • Contre saison 2018 (Janvier-juin) : 418,815 T de légumes, dont 318 T d’oignon ont été produits

 

  1. Commercialisation
  • 227 comités de commercialisation mis en place par le Bureau de Vente des Producteurs (BVP) dans les régions de mises en œuvre du PARFACI pour la commercialisation de plus de 600 T de légumes.
  • Distribution de 15 tricycles aux meilleurs groupements de producteurs de légumes

 

  1. Organisation

41 groupements structurés