Contribution du FIRCA à la mise en œuvre des programmes de la Filière Banane Plantain

Financement des Programmes de Développement des Filières Agricoles

Programme de développement de la filière

La filière banane plantain est une filière importante du point de vue de leur contribution à la sécurité alimentaire des populations. C’est la 4ème spéculation en terme de volume de production après l’igname, le manioc et le riz. Malgré cela, la filière banane plantain est caractérisée par un faible niveau de structuration des acteurs intervenant dans les maillons de la chaine de valeur et une faible productivité.

Le programme de développement de cette filière a pour objectif général de contribuer à l’amélioration de la productivité et la professionnalisation des acteurs de la chaîne des valeurs. Il s’agit de manière opérationnelle, d’assurer la génération et/ou le transfert des technologies performantes, de favoriser leur diffusion et leur adoption par les acteurs afin d’améliorer leur performance.

Evolution des cotisations de la filière

La filière banane plantain ne cotise pas encore au FIRCA, parce qu’elle n’est pas suffisamment organisée.

Aussi, les actions de développement dans cette filière ont-t-elles démarrées en 2011, dans le cadre du Programme de Productivité Agricole en Afrique de l’Ouest (PPAAO/WAAPP) sur un financement de la Banque Mondiale. Ce programme a clôturé fin décembre 2016.

Liste des projets mis en oeuvre

  • Le Projet d’appui à la relance des filières agricoles de Côte d’Ivoire (PARFACI)
  • Le Projet Filières agricoles durables de Côte d’Ivoire (FADCI)
  • Le Projet d’appui au développement des filières manioc et maraîchers en Côte d’Ivoire (PRO2M)

Résultats significatifs

  • Recherche
  • Une collection de travail de 125 accessions locales de bananiers plantain caractérisées
  • Les techniques de multiplication de matériel végétal de banane plantain ont été améliorées avec le milieu d’induction ‘’B1’’ qui permet un taux de multiplication de plus de 10 pouces pour 1 explant. L’hormone BAP améliore le potentiel de production de vivo plants de plus de 30 %.
  • La mise en évidence de champignons endomycorhizogènes endogènes d’intérêt que sont Glomus clavisporum, Rhizophagus intraradices, Glomus glomerulatum et Glomus sinuosum dont l’efficacité sur l’amélioration de la fertilité des sols, la croissance des plants et l’accroissement des rendements de la banane plantain qui a été démontré en serre et en pépinière. Ainsi, après 3 mois de conduite d’une parcelle mise en place avec des vivoplants de la variété améliorée FHIA 21 issus du PIF, on a observé au niveau des plants mycorhizés, (i) la réduction des taux de morbidité qui varient de 36% à 50% (ii) la réduction du taux de mortalité qui vont de 41.7% à 71% et (iii) une croissance végétative plus importante par rapport au témoin (plants non mycorhizés) et ce de façon significative. Des tests d’efficacité des inoculas mycorhiziens sur la qualité de 10.000 vitroplants des variétés Big Ebanga et Sassi en pépinière ont permis de relever, après 2 mois de pépinière, que les plants mycorhizés avec les souches locales ont une croissance végétative plus importante que les autres plants, et ce de façon significative. Egalement, aucune mortalité n’a été observée comparativement aux plants non mycorhizés.
  • La mise au point du système de culture de banane plantain en association avec les cultures vivrières à cycle court, la détermination de la dose de fumure adaptée à la haute densité en culture de contre saison et la fréquence d’arrosage appropriée à la haute densité en culture de contre saison. Ainsi, en matière d’irrigation en contre saison (i) la gestion de l’irrigation avec les sondes d’humidité du sol et la fréquence de 5 apports de 7mm d’eau par semaine ont permis d’obtenir les meilleures productions de banane plantain dans toutes les zones étudiées, (ii) l’utilisation des sondes d’humidité du sol permet une meilleure gestion de l’eau d’irrigation jusqu’à au moins 42% par rapport à l’arrosage systématique, (iii) la variété FHIA 21 a affiché des rendements supérieurs à ceux de PITA 3, (iii) les variétés FHIA 21 et PITA 3, avec respectivement des rendements de 30 et 23 t/ha enregistrés à Bondoukou, peuvent être produites en zones marginale à la banane plantain et atteindre des rendements élevés en conditions pluviales.
  • Le paramètre analytique de prédiction (NH4+) de la nutrition minérale du bananier a été mis en évidence et a permis l’optimisation de la fertilisation azotée et potassique sur la culture du bananier à partir de l’azote minéralisable (N-NH4+). Le seuil critique du paramètre de décision qui est NH4+ pour la fertilisation est de 0,60 g/kg. Au-delà de ce seuil, la fertilisation minérale, pour redresser le niveau de potassium dans le sol, s’est révélé inopérante. En dessous de la valeur critique, l’intensification minérale à base d’azote et de potassium s’avère efficiente et rentable.
  • Des essais de production de plants in situ par la décapitation du pied mère avec l’utilisation de substances pour accélérer la prolifération des plants ont permis d’obtenir en moyenne entre 25 à 35 plantules en plein champ. Toutefois une acclimatation est nécessaire pour le durcissement des plants.
  • Sur six cultivars évalués en contre saison, 3 cultivars, à savoir les variétés CNRA-Plan 6 (Aboisso), CNRA-Plan 7 (3 vert) et French sombre se sont révélés performants et bien appréciés ; ils sont proposés aux producteurs pour élargir la gamme de choix variétale.
  • Concernant la mise au point des méthodes de lutte contre les nuisibles en culture de la banane de contre saison : (i) les populations de nématodes endoparasites (R. similis et P. coffeae) sont reparties variablement au cours des trois stades végétatifs des bananiers ; elles croissent du planting pour atteindre le maximum de croissance à la floraison et décroissent ensuite à la récolte, (ii) les infestations racinaires sont dominées par P. coffeae à plus de 82% de la nématofaune des échantillons collectés en milieu paysan, (iii) quel que soit le stade de développement végétatif du bananier, plus de 80% des infestations racinaires des deux espèces de nématodes sont concentrées dans un rayon de 50 cm autour du pied fructifère, la seconde moitié des racines (de 0,5 à 1 m du pied fructifère) n’abritant que des populations résiduelles, entre 6 à 19%, (iv) la plantation annuelle de 2500 plants/hectare de bananier plantain, en dehors de la zone de pullulation (rayon de 50 cm autour des pieds fructifères), donne les faibles densités de nématodes, (v) la technique culturale basée sur la replantation annuelle des bananiers plantains s’est montrée avantageuse au plan de la marge bénéficiaire, de l’usage de nématicides et de la sédentarisation des parcelles et (v) la confirmation de la tolérance des hybrides PITA 3 et FHIA 21 vis-à-vis de la tolérance à la cercosporiose.
  • Conseil agricole
  • La diffusion de variétés améliorées de banane plantain à travers 178 462 rejets de variétés améliorées de bananier plantain distribués 14 570 bénéficiaires et 1 195 000 vitroplants de diverses variétés (PITA 3, FHIA 21, BIG EBANGA, SACI) acquis et distribués aux pépiniéristes et aux producteurs de banane plantain.
  • La diffusion des bonnes pratiques agricoles dont l’adoption des variétés améliorées et des bonnes pratiques de culture du bananier plantain a contribué à améliorer les rendements des producteurs ayant adopté ses innovations d’au moins 40% en moyenne.
  • Une assistance technique a été assurée par le Cabinet Elite Agro Consulting au profit des pépiniéristes de banane plantain, ayant obtenu contrat de fourniture de vivoplants au Conseil du café cacao, dans le cadre de son programme de lutte contre le swollen shoot du cacaoyer.
  • Formation
  • 108 bénéficiaires ont été formés à la technique du Plants Issus de Fragments de tige (PIF) en vue de production de vivoplants de banane plantain. Ces bénéficiaires installés en qualité de pépiniéristes de banane plantain ont bénéficié d’un accompagnement technique
  • 20 planteurs et pépiniéristes de banane plantain ont été formés sur la technologie de mycorhization dans le but de les informer sur les avantages de la technologie et à les initier à la technique d’inoculation
  • 114 210 producteurs ont été formés dont 41% de femmes sur les bonnes pratiques agricoles en matière de culture de la banane plantain
  • Appui aux OPA
  • Appui à la mise en place et au fonctionnement d’une association des pépiniéristes de banane plantain dénommée Association des Professionnels de Matériel Végétal de Plantain «APMAV Plantain» qui a été 10 octobre 2014 à Aboisso et enregistré le 05 janvier 2015, sous le RECEPISSE DE DEPOT DE DOSSIER D’ASSOCIATION N°0005/PA/SG/D1.
  • Appui à la mise en place et au fonctionnement 5 plateformes de banane plantain à Agboville, Abengourou, Adzopé, Issia et Soubré