29/09/2017 / Service Communication FIRCA

Dans le cadre de la mise en œuvre du projet d’appui à la construction d’un système national de contrôle de la Sécurité sanitaire des aliments (FADCI-SSA), des acteurs de la filière porcine ivoirienne participent mardi 26 et mercredi 27 septembre à Abidjan, à un atelier de formation sur les bonnes pratiques d’hygiène en phase de production.

A l’ouverture des travaux, la coordonnatrice nationale du FADCI-SSA ? Dr Coulibaly Hélène a indiqué que cette session portant sur les bonnes pratiques d’hygiène en phase de production et les principes généraux d’hygiène vise à améliorer les performances Zootechniques de l’élevage. Cette séance, a-t-elle noté, est la première d’une longue série de 12 ateliers prévus sur cinq ans, au profit de la filière.

L’objectif est d’aboutir au renforcement de la sécurité sanitaire de la viande et des denrées d’origine porcine, a-t-elle dit, notant que cet atelier constitue donc le catalyseur d’un processus d’hygiène pour le bénéfice des producteurs et des consommateurs.

Pour sa part, au nom du coordonnateur de l’Unité de coordination du projet (UCP) FADCI-SSA, M. Coulibaly Ngolodin a souligné la détermination du Gouvernement à jouer sa part dans la SSA, à travers la mise en place d’une agence de gestion des risques sanitaires dans l’élevage.

Abondant dans le même sens, le représentant du ministère des Ressources animales et halieutiques, Dr Koumi Marcel a en outre fait observer que l’hygiène animale et l’hygiène alimentaire sont des facteurs très importants dans la réussite de l’élevage. « Les gens disent : côcôti (porc, ndlr) est sale, mais ce n’est pas vrai ! », a-t-il lancé, engageant les éleveurs à évoluer dans de bonnes conditions d’hygiène.

Une préoccupation prise en compte par le vice-président de l’Interprofession porcine, M.Adjokan Jérémie qui a engagé ses collègues à être attentifs à ces enseignements, tout en remerciant le projet FADCI-SSA pour l’intégration de sa filière au sein de celles concernées par le projet (maïs, légumes/maraîcher, volaille et porc).

Financé par le Contrat de désendettement et de développement (C2D) sur la base d’une convention entre l’Etat de Côte d’Ivoire et l’Agence française de développement, le FADCI-SSA est doté d’une enveloppe de 50,5 milliards FCFA pour une durée de cinq ans. Il a été lancé le 24 Janvier 2017 à Ivotel Plateau et est exécuté par le Fonds interprofessionnel pour la recherche et le conseil agricoles (FIRCA).