+225 22 52 81 81 firca@firca.ci WEBMAIL

Trois Centres Pilotes de Formation aux Métiers de l’Agriculture inauguré

Du 07 au 13 juillet 2016, le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricole (FIRCA) a convié les parties prenantes au Programme de formation professionnelle agricole et les filières de production de Yamoussoukro, Gagnoa et Kotobi, à une série d’ateliers régionaux.

Les 3 objectifs étaient (i) d’informer et de sensibiliser les diverses parties prenantes – organisations professionnelles, collectivités locales, autorités administratives, agences d’insertion professionnelle des jeunes, directions des Ministères techniques (MINADER et MIRAH), les institutions de formation hébergeant le programme (ANADER, ESA et INFPA) et les populations agricoles des zones d’implantation – sur les objectifs du programme, (ii) de recueillir leurs attentes et (iii) de s’assurer leur adhésion.

Ces ateliers ont été ponctués par la réception des infrastructures dédiées au Programme Pilote : salles de cours, chambres des apprenants et formateurs, et salles de restauration.

Notons que le secteur agricole ivoirien emploie les 2/3 de la population active. Il est la locomotive de l’économie nationale avec 24 % du PIB, 60 % des recettes d’exportation et en pourvoyant à la quasi-totalité des matières premières de l’agro-industrie.

Cette dynamique du secteur agricole cache cependant de nombreux défis relatifs à l’amélioration de la productivité et de la compétitivité des productions, la modernisation des exploitations, la transformation sur place des produits, la professionnalisation des organisations de producteurs, la formation, etc.

En effet, l’encadrement et la formation agricole souffrent de plusieurs maux dont l’inadéquation du système de formation aux exigences actuelles du secteur, engendrant un grand nombre de diplômés systématiquement voués au chômage.

Pour corriger ce gap, le FIRCA s’est engagé avec l’ensemble des filières, à mettre un accent particulier sur la formation des producteurs dans tous les secteurs de production végétale, animale et halieutique, à travers les Centres Pilotes de Formation aux Métiers Agricoles (CPFMA). Ce programme est à développer sur une période test de trois ans, avant sa mise en œuvre dans les principales régions agricoles de Côte d’Ivoire.

L’idée de base est de créer dans les zones de conditions homogènes, des centres de formation professionnelle qui tiennent compte non seulement des contraintes agroécologiques, mais surtout des opportunités de production, de transformation et de commercialisation des produits. Ces centres doivent concentrer tous les services de formation, allant de la recherche agricole à l’assiette du consommateur.

Des acteurs des filières agricoles, potentiels bénéficiaires de ce Programme Pilote, ont salué l’opportunité qu’offrent ces infrastructures pour le renforcement de leurs capacités et la compétitivité de leurs filières.

Les séances dans les zones d’implantation du Programme ont servi de prétexte pour identifier les parties prenantes à même d’impulser une dynamique à la réussite de cet important programme.

Ce fut également l’occasion pour les autorités administratives de se remémorer le dispositif de formation agricole passé, avant de marquer leur soutien à ce nouveau programme. Ils ont par ailleurs présidé l’inauguration et la remise officielle des infrastructures dédiées aux institutions de formation l’hébergeant, et ont invité les structures bénéficiaires de ces dispositifs a en faire bon usage, pour qu’au terme des trois années pilotes, toutes les régions du pays se trouvent dotées de pareilles infrastructures.

Notons que la finalité de ces centres de formation professionnelle agricole est de ne plus produire des chômeurs. A cet effet, toute personne qui voudra embrasser l’un des métiers du secteur agricole, devra justifier son entrée dans l’un de ces centres par des besoins exprimés par une organisation professionnelle agricole, l’Etat ou dans le cadre d’un projet agricole et disposer d’une parcelle de terre ou d’une exploitation dans la spéculation.

Rappelons que la ferme de l’ESA à Yamoussoukro et le site de Tiébissou ont pour vocation de former respectivement dans les Filières Hévéa, Anacarde, Coton, Maraîchers, Pêche, Avicole et Porcine. Celui de Gagnoa est dédié aux spéculations comme le Café, le Cacao, l’Hévéa, la Pisciculture et les Maraîchers. Quant au site de Kotobi, il est affecté aux spéculations comme le Cacao, l’Hévéa, les Maraîchers et les Cultures vivrières.

Leave a Reply