+225 22 52 81 81 firca@firca.ci WEBMAIL

Sécurité sanitaire des aliments, DirCab Minader

Secteur agricole ivoirien, une agence de sécurité sanitaire des aliments bientôt créée

Le mardi 24 janvier 2017, le Fonds Interprofessionnel pour la Recherche et le Conseil Agricole (FIRCA) a organisé sous la présidence du Ministère de l’Agriculture et du Développement Rural (MINADER), l’atelier de lancement du Projet d’Appui à la Construction d’un Système National de Contrôle de la Sécurité Sanitaire des Aliments (FADCI-SSA).

Ce lancement s’inscrit dans la cadre de la mise en œuvre du Programme Filières Agricole Durable de Côte d’Ivoire (FADCI), issu du 2ème Contrat de Désendettement et de Développement (C2D) signé par l’Etat de Côte d’Ivoire et la France, via l’Agence Française de Développement (AFD).

L’atelier a offert au FIRCA l’opportunité de partager avec ses partenaires, les bénéficiaires pressentis et les représentants des filières agroalimentaires, ainsi que les médias, les objectifs, composantes et activités dédiées à la construction du Système National ivoirien de Contrôle de la sécurité sanitaire des Aliments (SNCA). Deux axes d’intervention ont été identifiés ; la création d’une Agence Nationale de Sécurité Sanitaire des Aliments (ANSSA), responsable de la gestion des risques et l’appui à quatre filières pilotes (avicole, porcine, maïs, légumes-maraîcher) pour une meilleure appropriation des thématiques SSA par leurs opérateurs.

Notons que la sécurité sanitaire des denrées alimentaires cristallise des enjeux majeurs. En santé publique d’abord, afin d’assurer un haut niveau de protection des consommateurs ivoiriens, puis en matière d’échanges commerciaux de produits agricoles alimentaires et enfin, dans l’organisation même et la mise en œuvre des contrôles qui sont assujettis au respect d’un certain nombre de normes internationales.

Ces différents éléments constituent des défis importants à relever. « En effet, les produits agricoles peuvent être contaminés à toutes les étapes de la chaîne alimentaire, du « champ à l’assiette » ou de « l’étable à la table » , par divers dangers (microorganismes, substances chimiques, dangers physiques) susceptibles  d’avoir des effets néfastes, immédiats ou non, sur la santé du consommateur. Ces risques, outre d’être préjudiciables à la santé des personnes, sont susceptibles d’impacter négativement le commerce de nos produits et réduire les chances de conquête d’autres marchés, entachant ainsi, sur la scène internationale, l’origine Côte d’Ivoire », a prévenu Dr COULIBALY HELENE, Coordonnatrice du FADCI-SSA.

Ces préoccupations sont intégrées au projet FADCI-SSA, dont le FIRCA a été désigné par le MINADER comme maître d’œuvre. Les modalités de mise en œuvre du projet s’ancrent dans le double respect d’une approche participative et concertée entre tous les acteurs du projet et de la mise en œuvre d’une approche intégrée, aux différentes chaines de valeurs, des dangers et risques susceptibles d’impacter la santé et le commerce.

« Ce projet qui se veut participatif de l’ensemble des acteurs de la chaine alimentaire et de la société civile a pour objet de mettre en place une Agence Nationale de Sécurité Sanitaire des Aliments, responsable de la gestion des risques et de renforcer les capacités des acteurs des filières alimentaires et des consommateurs, pour une meilleure prise en compte de la problématique de la sécurité sanitaire des aliments, a souligné Monsieur COULIBALY SIAKA MINAYAHA, Directeur de Cabinet, représentant le MINADER.

Dr ANGNIMAN Ackah Pierre, Directeur Exécutif du FIRCA et maître d’œuvre du projet précise : « Conscient que la protection du consommateur nécessite une approche intégrée, du champ à l’assiette, de la fourche à la fourchette et le développement de synergies, le projet FADCI-SSA, intègre les autorités compétentes en matière de sécurité sanitaire (zoosanitaire, phytosanitaire et sécurité sanitaire des aliments), les opérateurs des différentes filières agroalimentaires, les acteurs de la recherche scientifique et les consommateurs ».

Pour la coordonnatrice du Secrétariat Technique du C2D, Léa Djatti Diaté, la structuration institutionnelle et l’installation effective de l’agence de gestion des risques sanitaires des aliments, ainsi que les appuis aux filières alimentaires et aux associations de consommateurs devraient améliorer la crédibilité de l’origine Côte d’Ivoire et augmenter la part de marché à l’international des opérateurs agroalimentaires ivoiriens.

« Ce dispositif de surveillance veillera à la gestion des risques d’après des indicateurs et critères à suivre en des points critiques au sein même des chaines de valeur », a expliqué pour sa part, le Directeur de l’AFD en Côte d’Ivoire, Bruno Leclerc, assurant que la mise en place d’une telle agence impliquera plusieurs activités. Il s’agit de l’élaboration des cadres institutionnel, organisationnel et financier de l’agence, mais aussi des programmes de formation des équipes de l’agence et leurs relais dans les ministères et organisations, de même que des appuis techniques sur la gestion des risques.

Retenons que le FADCI-SSA dispose d’un financement d’environ 10,5 milliards de francs CFA au titre de ses deux volets. Le premier d’un coût de 2,62 milliards de FCFA sur deux (2) ans  pour la structuration et l’installation de l’Agence et le deuxième d’un coût de 7,87 milliards de FCFA sur cinq (5) ans, consistera essentiellement à l’appui aux quatre filières pilotes et aux organisations de consommateurs, avec 2,095 milliards dédiés à la mise en place du Fonds d’Appui à l’Investissement pour les Filières Agroalimentaires (FAIFA).

Leave a Reply