+225 22 52 81 81 firca@firca.ci WEBMAIL

Conseil Agricole Coton 2013-2014 : Les producteurs satisfaits des prestations reçues

Au terme de la campagne agricole 2013-2014, une mission de suivi évaluation interne des activités d’assistance technique aux producteurs de coton menées par les prestataires de conseil agricoles que sont : CIDT, SECO, IVOIRE COTON, COIC et URECOS-CI a été conduite du 11 au 25 mai 2014 par des consultants indépendants. Elle avait pour objectif principal de faire le bilan de l’assistance technique aux producteurs, au titre de la campagne écoulée.

Les prévisions de superficie ont été réalisées à 94 % pour le coton et 91 % pour le vivrier au niveau de tous les prestataires. Pour ce qui est du nombre de planteurs, les prévisions ont été réalisées à 97 %.

La mission a aussi révélé que l’intensification des cultures a porté essentiellement sur le coton, le maïs et le riz. En ce qui concerne le coton, tous les prestataires ont mis suffisamment de semence coton en place (20 966 546 kg) pour un besoin de 11 430 000 kg par rapport au plan de campagne. La dose moyenne est de 59 kg/ha et représente quasiment le double de celle recommandée par l’encadrement qui est de 30 kg/ha. La forte utilisation de semences se justifie par la sécheresse survenue pendant la période de semis ayant occasionné d’importantes reprises de semis.

Quant aux herbicides, ils ont été appliqués sur 76 % des parcelles de coton, soit à la préparation du sol (herbicides non sélectifs), soit après le semis (herbicides sélectifs).
La fumure minérale a été apportée à 98 % des surfaces de coton semées autant pour le NPK que pour l’urée.

Les doses moyennes d’épandage de ces deux engrais sont sensiblement égales aux doses recommandées (200 kg/ha pour le NPK et 50 kg/ha pour l’Urée).

Au total 109 067 ha de coton ont été traités aux régulateurs de croissance avec 106 067 litres de produits, soit une dose d’environ 1 litre par hectare. Les surfaces semées ont été traités à 31 %.
Les quantités de produits d’insecticides en place étaient suffisantes pour les six (6) traitements préconisés, chez tous les prestataires. Cependant, le nombre moyen de traitements insecticide s’élève à 5 contre 6 recommandés. En général, la majorité des producteurs néglige les traitements des cotonniers au stade fructifère. Certains producteurs trouvent cette dernière opération de faible utilité, d’autres la qualifient de dépenses supplémentaires.

En ce qui concerne le riz pluvial, la fumure minérale NPK a été apportée à 36 % des surfaces semées. Les doses d’application sont faibles, une moyenne de 102 kg/ha contre 150 kg préconisées par l’encadrement. L’engrais Urée, quant à lui, a été épandu sur 36 % des surfaces semées. La dose moyenne d’épandage de l’Urée (47 kg/ha) est inférieure à la dose moyenne recommandée de 75 kg/ha.

Pour le maïs, les 192 287 ha semés ont été fumés à 55 % avec le NPK à une dose moyenne de 138 kg/ha et 50 %, avec de l’Urée à une dose moyenne de 51 kg/ha (les doses recommandées sont de 200 kg/ha pour le NPK et 75 kg/ha pour l’Urée). Le désherbage chimique a été réalisé à 33 % à une dose moyenne de 2,12 l/ha.

Cette mission a aussi fait le point des formations du personnel technique et des producteurs, de l’assistance apportée aux producteurs en culture attelée (CA) ainsi que des actions de modernisation, notamment la Défense et Restauration des Sols (DRS).
Les actions de formation ont été menées par tous les prestataires dispensées, soit par les structures elles-mêmes, soit par des organismes extérieurs comme le CNRA et les firmes phytosanitaires.

En ce qui concerne les actions en matière de culture attelée, elles sont restées timides dans l’ensemble.
Les actions de lutte antiérosive ont concerné 736 producteurs et ont permis d’aménager 1 589,5 ha. La production de la fumure organique se fait selon les quatre techniques suivantes : la fosse fumière, la fosse compostière, le parc d’hivernage et la poudrette de parc. Ces techniques ont été utilisées par 11 648 agriculteurs et ont permis de fumer globalement 21 612,25 ha de parcelles de coton et de vivriers. Au vu de ces chiffres, on peut noter que le niveau des activités de Défense et de Restauration des sols est encore très faible.
Au 30 avril 2014, sur une prévision de production de 376 313 250 kg, la production totale réalisée est de 402 503 120 kg, dont près de 99%   achetés en 1er choix. La commercialisation se poursuivait encore à IVOIRE COTON.
Le taux de réalisation par rapport aux prévisions est de 107 % avec un rendement moyen de la production au champ de 1 126 kg/ha.

Malgré le retard enregistré dans le paiement du coton, la mauvaise qualité des semences fournies par endroit, le faible niveau d’approvisionnement en bœufs et matériels de culture attelée, les producteurs sont en général satisfaits des prestations du conseil agricole.
A la fin de cette mission, il ressort que les prestataires ont réalisé les résultats techniques consignés dans le tableau suivant :

Leave a Reply