+225 22 52 81 81 firca@firca.ci WEBMAIL

Afrique : apprivoiser l’accaparement des terres

Près de 80% des ménages ruraux dans les pays en développement dépendent de la terre pour nourrir leurs familles et assurer leur subsistance. Mais au-delà des aspects économiques, la terre représente une valeur spirituelle unique dans la vie de nombreuses populations rurales et fait souvent partie du patrimoine de la famille. La terre a en effet un caractère sacré puisque ces terres abritent leurs morts. Il est impératif que tout programme de développement rural donne aux communautés rurales la priorité de l’accès et du contrôle des terres et des autres ressources productives, si l’on veut vraiment combattre la faim, la pauvreté, l’expropriation et les inégalités, surtout dans le monde en développement.

Le soutien de l’État au développement du secteur de l’agriculture a fléchi au cours de la dernière décennie. Il agit plus désormais, sur fond de copinage, au profit de grands exploitants privés. Quant aux petits producteurs ruraux de denrées alimentaires, qui alimentent la nation, ils ont subi de sévères limitations dans l’accès aux intrants et aux services de vulgarisation. Dans certains villages au Vietnam, par exemple, l’usage non rationnel du capital emprunté a créé des problèmes aux agriculteurs dont certains ont vu leurs terres finir aux enchères pour honorer leurs dettes. Dans son livre, Raj Patel parle de flambée des taux de suicide en Inde due à l’impossibilité de rembourser les dettes. Le manque d’accès aux services de vulgarisation en temps opportun a engendré des pertes injustifiées, ce qui a porté gravement atteinte à la production et à la productivité de nombreux petits producteurs ruraux.

Dans leur quête pour l’investissement direct étranger (IDE), de nombreux gouvernements du Sud ont incité les multinationales à investir dans les zones rurales apparemment négligées en vue de stimuler le développement. Des mesures incitatives qui varient des exonérations fiscales à l’octroi de terres à un prix bon marché ou à titre gratuit, ou encore l’assouplissement des réglementations et des politiques pour rassurer les investisseurs. Ces cadeaux offerts sans un cahier de charges clair garantissant la création de richesse et d’emplois se sont traduits seulement par un manque à gagner fiscal pour les pays en développement, mais aussi par un déplacement injustifié des ménages ruraux de leurs terres pour ouvrir la voie à ces projets.

En savoir plus sur https://goo.gl/Wu6bMZ

Leave a Reply